LE MECHANT FRANCOIS KOCH

Publié le par Kazantzakis

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/

 

Nous entendons tout et n'importe quoi actuellement sur les combats entre FMR et la GLNF.

Les mails reçus de la province , de la loge, et des myosotis font que certains frères nperdent un peu les pédales.

Moi qui ai pris du recul, visité enfin d'autres obédiences ( vive la liberté !), je puis vous affirmer que nous avons donné une image lamentable de notre obédience. Et je mets tout le monde dans le meme sac, moi y compris.

allez voir ce blog; qui selon les dires du blog acacia ( la voix de son maitre) est tenu par un frère du GO. Il est avant tout un journaliste.

Il a peut etre balancé de temps à autre des marronniers, il persifle selon certains. Mais je trouve son dernier article troublant

A vous de juger mes frères

 

Commenter cet article

Denis Le Prévost 06/11/2010 17:57


Tout à fait d'accord avec toi, Kazantzakis ! depuis que j'ai quitté la GLNF(GLFS ?), je visite sans problèmes d'autres obédiences, et je m'en porte mieux. Qu'est ce que la "reconnaissance" de la
GLUA a apporté à la GLNF ? rien, sinon un renfermement sur elle-même, l'orgueil et la vanité
d'être "régulière", et autres...Et aujourd'hui, que fait la GLUA ?
Par contre, quel enrichissement lorsque ma Loge (RER) reçoit en visite des frères du GO, nullement offusqués de voir la Bible sur l'autel du VM, et qui s'intéressent de très près à nos travaux, je
me dis que j'ai bien fait de quitter la GLNF, qui est aujourd'hui la risée de l'ensemble de la Maçonnerie française.
Denis, ex 33362


Kazantzakis 07/11/2010 16:45



je ne sais pas si nous sommes la risée. Mais aujourd'hui j'ai vraiment l'impression que sous couvert d'une régularité , on nous a vraiment rendus obscurantistes et intolérants eu égard aux autres
obédiences. Et ce n'est pas la gouvernance actuelle et son scrutin digne de la coree du nord qui vont ouvrir les frères au monde profane



Le franciscain de Bourges 03/11/2010 21:37


Mes BAF, nous nous sommes tous étonnés du vote des districts hors métropole lors de la dernière AG. Il ne semble pas que les choses si évidentes que cela. Je vous fais passer un document qui
émanerait de nos Frères de la Guadeloupe. Je ne puis en vérifier l'authenticité. Cependant, là-bas aussi nos Frères mènent un combat pour la défense des valeurs que nous partageons et que notre
TRGM et sa clique continuent de salir. La seule chose oubliée, c'est que l'on ne peut museler les maçons qui sont et restent des hommes libres... sans doute serait-il bon d'appeler nos Frères de
là-bas à témoigner dans les procès en cours...

Objet : gouadeloupe

[phenix] Les Frčres ne le reconnaissent pas


MTCF,
Certes, la Cité est en danger, sauvons là, mais........l'un des premiers
devoirs du maçon, n'est-il -pas de chercher l'ordre extérieur dans sa seule
sérénité intérieure ?

Serge BAGOË


-----Message d'origine-----

Sujet : Les Frères ne le reconnaissent pas

Le Grand Orateur Provincial de Guadeloupe devait prononcer une allocution le
16 octobre dernier. Il en a été empêché par le GMP qui a modifié sans
préavis l’ordre du jour de l’assemblée.
Ce Grand Orateur nous a demandé « d’assurer la diffusion la plus large
possible de son allocution afin que les Frères de métropole sachent que
malgré le bâillon et les intimidations, il y a en Guadeloupe des Frères
debout qui défendent l’idéal de tolérance, de liberté et d’amour de son
prochain. »
Comme le dit notre Frère, « il ne faut surtout pas se fier au score de vote
digne du soviet suprême que l’on a eu dans les DOM. Les Frères sont très
largement intimidés par les GMP qui manient à merveille la carotte et le
bâton. Le Mal s’autorisant toutes les audaces, il est temps que le Bien se
permette quelque courage. »
C’est un grand honneur pour le cercle Socrate de publier les extraits
essentiels de l’allocution du Grand Orateur Provincial montrant ainsi à tous
qu’il y a des hommes libres, de bonnes moeurs et courageux en Guadeloupe.
Puisse cet exemple donner à réfléchir puis agir aux GMP et OP de métropole.
Socrate



« …
Ce qui se passe aujourd’hui dans notre obédience doit interpeller chacun de
ceux qui ont entrepris leur démarche initiatique, avec à cœur de s’améliorer
individuellement et de contribuer à construire une société plus juste, plus
tolérante et plus solidaire.

Comment en sommes nous arrivés là ?
Comment est-ce possible qu’il y ait aujourd’hui un tel décalage entre les
actes et les paroles, un tel fossé entre l’exemplarité de comportements
prônés par nos rituels et le comportement réel des frères.
Où sont la justice et la vérité, chose que le franc-maçon doit préférer à
toute autre chose ?

Cette convoitise de la possession des choses du monde a pris le masque et
les apparences d’une gouvernance s’auto glorifiant du support d’une très
incertaine majorité, au mieux désorientée, manipulée, lobotomisée.

Cette sorte de gouvernance endort nos consciences, ramollit nos capacités
d’analyse et de critique.
Elle dégrade nos consciences et nous transforme en une foule de moutons de
Panurge qui trahissent et leurs serments et leurs idéaux pour plaire au
prince, et obtenir ainsi en retour quelques hochets qui satisferont leurs
vanités aussi pompeuses que vaines.

Cette armée d’hommes qui pourtant se déclarent libres, abandonnent leur
destinée à un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge d’assurer leur
jouissance et ne cherche qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance.
Cette sorte de pouvoir est comparable à ce grand arbre africain le baobab
dont l’ombre interdit, tout autour, la vie.

Ce pouvoir aime que ses sujets ne se préoccupent surtout pas de la gestion
de la cité. Il demande seulement à ses sujets de se réjouir, pourvu qu’ils
ne songent qu’à se réjouir.

Il pourvoit à les conforter dans leurs vanités en offrant à tout vent
quelques hochets qui vont contribuer encore à hypertrophier les ego, à
briser et ramollir les volontés déjà chancelantes.

Voilà comment on se retrouve installé dans une communauté à la morale
douteuse, une morale où l’indignation est appelée « mauvais caractère », où
l’expression de ce qui est, est appelée « inconvenance », où tout homme qui
dit non, est décrété « impossible ».

Devons-nous nous laisser aspirer par les abîmes du renoncement ? NON ! NON !
NON !

Gardons espoir. Il est une notion qui reste ancrée au cœur de la majorité de
frères sincères : l’honneur et la dignité.

Oui, il y a de nombreux frères ici et là, parmi nous, qui viennent s’asseoir
sur nos colonnes, faisant preuve de désintéressement et qui préfèrent « les
choses belles et inutiles, plutôt que les choses profitables et
avantageuses.

Il y a tous ces frères qui placent l’honneur et la vertu au-dessus des
avantages extérieurs du rang et de la fortune et qui cultivent « la poésie
du devoir chère à Alfred de Vigny ».
… »



Blaise Mendjiwa


Kazantzakis 04/11/2010 08:32


A faire passer et à méditer! J invite aussi les cfrères de la GLNF à se psoer de bonnes questions. je suis toujours abasourdi de voir l'obscurantisme de mon ancienne obédience. a visiter et écouter
d'autres obédiences je trouve que nous nous enrichissons. Les ayatollahs de la GLNF ( ce n est pas pour toi mon frère Patrick :-) ) n ous empechent de visiter d'autres obédiences. ET nous en
arrivons à devenir raccornis et repliés sur nous meme. la crise qui secoue la GLNF montre que le manque d'ouverture amene à des catastrophes comme celles que nous vivons