LETTRE PRAVA DU GM

Publié le par Kazantzakis

Vous l'avez reçu comme moi...

A vous de me dire en MA ce que vous envisagez. Une suele chose fera plier Wladimir : ne payez pas les cotisations. ne faites plus remonter de capitations.

Ilns ne comprendront que celà. J'hallucine devant tant de mauvaise foi et d'intrigue...meme l'acacia n'arrive plus à balancer son fiel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

charles 26/12/2010 22:53


Lettre ouverte d’un Frère de base à Mr François Stifani

Monsieur Stifani,
La trêve de Noel est propice à un moment de paix, la fin de l’année aux bonnes résolutions.
Profitons en pour nous poser un instant, Monsieur Stifani et réfléchissons ensemble.
Depuis maintenant plus d’un an vous avez déclenché une tempête qui secoue ce qui nous tient tous à cœur, à savoir cette GLNF que nous aimons.
Vous avez donné des coups, vous en avez reçu.

L’année qui vient sera décisive.
Tous les frères que je connais, absolument tous (en 20 ans de maçonnerie ils sont nombreux), sont déterminés à vaincre l’épreuve. Les moyens qu’ils ne vous donneront pas avant l’assemblée générale
les renforceront et vous manqueront d’autant que vous tarderez.
Des fronts, toujours plus nombreux, vont s’ouvrir tous les jours, jusqu’à ce que vous perdiez totalement pied.
Vous n’avez eu pour le moment qu’un aperçu de ce qui va arriver : la force de gravité accélère le phénomène de chute.

Vos ordonnances ne sont plus lues en loge depuis longtemps. Les Frères n’obéissent plus à vos ordres. Un peu partout et de plus en plus, la vie des loges continue sans vous.
De plus en plus de frères qui vous soutenaient parce que ça ne se fait pas de dire non au chef ne supportent plus ce que vous avez fait de la GLNF.
Vous n’êtes plus le chef que d’une petite cour repliée sur elle-même, une poignée d’hommes qui ne se rend plus compte de rien, ou le feint, qui s’en prend indistinctement aux hommes, aux rites, aux
chefs des rites, aux obédiences amies. Dans la même page de blog vos courtisans prônent la haine la plus totale et le mépris, puis le lendemain invoquent une paix qui arracherait une larme à un
crocodile. L’effet est saisissant et de plus en plus vu des quatre coins du monde.
J’imagine qu’il vous arrive de douter.
C’est normal et compréhensible. Le contraire serait même anormal.
- J’imagine qu’il vous arrive de douter de vos décisions.
- J’imagine qu’il vous arrive de douter de la nature de vos actions et de l’efficacité de vos actions.
- J’imagine que vous doutez du diagnostic qui vous est rapporté de la situation.
- J’imagine que vous savez repérer ceux qui, auprès de vous, croient attendre leur temps.
- J’imagine que vous vous demandez s’il y a un lien entre une situation qui ne s’améliore pas comme vous voulez et la loyauté de vos « lieutenants ».
- J’imagine que vous doutez de votre entourage proche. Professionnellement, vous n’êtes pas un débutant et vous savez que toute personne que vous défendez vaillamment n’hésitera pas à vous mordre
si cela devient son intérêt. Vous savez bien, au fond de vous, que vous serez attaqué méchamment par votre entourage quand vous lâcherez et vous ne savez pas comment ne pas prendre de mauvais
coups. La hargne que nous voyons à notre encontre, de certains de vos soutiens, se retournera contre vous et vous le savez. Ils invoqueront le fait de n’avoir pas su, car cela sera leur seule issue
(c’est d’ailleurs à cela que nous reconnaitrons nous aussi ces faux-frères). Et ils vous chargeront de tous les maux.
Vous doutez cela se perçoit dans les itérations successives de vos actions.
La conséquence de votre gestion égocentrique c’est que ce n’est pas vous qui pourrez remettre la situation en ordre :
• Vous ne pourrez pas continuer d’utiliser la force : elle n’a aucune valeur au regard de la fraternité. Votre force ne maitrise rien, pas plus que de tenter de saisir une poignée de sable sec qui
fuie entre vos doigts.
• Vous ne pourrez pas forcer les frères à vous aimer. On ne peut pas forcer l’amour. Cet aspect là sera probablement votre échec le plus difficile à surmonter et pour cela précisément je vous
plains sincèrement.
• Quand bien même vous vous remettriez complètement et sincèrement en question, la majorité des frères se demandera ce que cache votre revirement et vous ne serez pas cru.
Vous avez eu du temps pour vous remettre en question. Maintenant, il est temps.
Le mieux est de faire le plus rapidement possible ce qu’un Juge vous a demandé et ce que le Juge suivant vous demandera avec encore plus d’insistance.
Vous connaissez déjà l’issue du vote que vous serez contraint d’organiser. Vous imaginez-vous, quittant l’estrade, après avoir annoncé que vous quittez cette fonction à laquelle vous vous êtes tant
accroché ? Je vois d’ici l’ambiance pour l’avoir avoir déjà avoir vue le 25 Mars 2010.
La décision de partir, vous devez la prendre vous-même AVANT ce scénario forcément humiliant, elle nécessite un vrai courage d’homme.
- Elle implique que vous retrouverez absolument seul.
- Elle implique que vous devrez répondre de fait qui ne sont pas tous de votre invention.
(Pendant que vous vous démenez, les plus exposés après vous préparent, soyez en certain, tous les dossiers qui leur seront nécessaires contre vous…Votre plus grand combat sera alors devant vous
contre ceux que vous protégez.)
- Elle implique que vous-vous confronterez à vous-même. J’espère simplement que vous ne retournerez pas alors contre vous la violence que l’on voit poindre de temps en temps. Car finalement, ceux
que vous défendez méritent-ils vraiment que vous gâchiez votre vie pour eux ?
Cette décision, vous êtes capable de la prendre, vous en donnez en fait des signes par votre ténacité. Car vous êtes tenace, mais la ténacité n’est pas le courage.
Le courage, c’est affronter vos responsabilités, c’est assumer les conséquences de vos actes.
Vous êtes capable de courage : démontrez-le par un seul acte : s’il vous plait partez de vous-même avant qu’on vous y force. Retournez travailler sur votre pierre brute.

Je souhaite une bonne année à la GLNF qui va se reconstruire sur ses ruines.
Ceci sera le fruit de votre décision de partir ou de notre vote qui vous forcera à le faire.

Un frère


Thomas Dalet 25/12/2010 10:08


Lors de la création de la Loge de Recherche Villard de Honnecourt de Bretagne, j'ai voulu honorer un authentique héros breton, le Sous Lieutenant Alain de Kérillis, membre du Maquis de St Marcel et
mort pour la France.

Quelle ne fut pas ma stupeur d'apprendre que l'actuel GMP de Bretagne, CD, avait décidé de débaptiser cette loge au prétexte que ce héros breton , aristocrate avait un père député et que donner un
nom de héros à une loge de recherche n'avait pas de sens.

J'ai sélectionné pour vous un extrait des faits d'armes du Sous Lieutenant Alain Calloc'h de Kerillis.



En tout cas je considère que c'est un exemple supplémentaire du manque de respect de la GLNF et de ses GO qui préfèrent cautionner un GM, FS qui serre la main à des dictateurs africains plutôt que
d'honorer un vrai héros de la résistance bretonne.

Le nom d'une Loge est un symbole fort et c'est lamentable de le faire disparaître..Honte à vous qui ne respectez rien!







"... Le 12 juillet au matin, le S/Lt Alain Calloc'h de Kerillis "Skinner" avait donc quitté avec son stick la

roche de Millegourdis et s'était joint aux sticks des lieutenants Tisné et Fleuriot. Le soir même, ils partaient tous ensemble, n'ayant guère plus de dix kilo­mètres à parcourir. Avant d'arriver au
village de Trédion qu'un paysan leur avait assuré calme et « sans vermine », ils s'embusquèrent, par précaution, près du café du « Bois-Sabot ». Mais un Allemand les attendait au coin de la
route... La rafale tua le lieutenant Tisné et un lieutenant polonais, Jaciensky; une balle traversa le bras du lieutenant Skinner. Ils firent volte-face et partirent à travers champs. Soudain, le
lieutenant Fleuriot disparut derrière une haie, n'ayant pas vu un profond chemin creux dans lequel il s'as­somma sur des pierres. .Skinner se précipita pour le relever; il semblait atrocement
souffrir et dit d'une voix étrange : « Ce n'est rien : les cloches de Cambridge. » Ils s'arrêtèrent un moment. On n'entendait pas d'autres bruits que ceux de la campagne. Le bras de Skinner était
bien abîmé et il se fit faire un pansement sommaire. Puis Fleuriot, ayant demandé ses lunettes et sa carabine, les assura qu'il pouvait repartir. Un peu plus loin, épuisé, il retomba. Skinner, avec
toute sa science de médecin, l'examina avec soin. Son visage resta impassible mais il craignit un éclatement du foie. Il encouragea son ami, et une fois encore Fleuriot repartit en s'appuyant sur
les épaules de deux d'entre eux. Pour s'écrou­ler un peu plus loin, les suppliant : « Allez et laissez-moi. » A la ferme de Beauvais, très proche, le fermier accepta de s'occuper de lui. On
l'étendit dans un champ de blé noir et le jeune radio Perrin resta à ses côtés pendant que les autres continuaient vers la ferme de Kerlando près de laquelle se cachaient les blessés. ..."

En juillet 1944, de nombreux maquisards et parachutistes SAS sont détenus et torturés par les Allemands à la prison de Pontivy. Le 19 juillet 1944, les prisonniers sont conduits en direction de
Bieuzy-les-Eaux pour être exécutés. A proximité des ruines du château de Rimaison, les hommes doivent descendre un chemin encaissée puis ils sont fusillés au bord d'un petit ruisseau.

14 corps sont découverts dans cette fosse dont ceux des parachutistes SAS: S/Lt Jean Pessis "Gray", le Sgt/C André Cauvin, le Sgt/C Louis Claustre, le S/Lt Alain Calloc'h de Kerillis et le S/Lt
Jean Fleuriot. Un mémorial a été érigé sur les lieux. "

"D'après l'instituteur qui a procédé à l'enlèvement des victimes le 30 juillet, les corps étaient entassés les uns sur les autres. Ce qui signifie qu'ils ont été fusillés les uns après les autres.
Il déclare également qu'ils avaient été fusillés dans le dos, car on voyait très bien l'entrée des balles dans les vêtements et la nuque. Il a remarqué également que certains des patriotes avaient
reçu une balle dans la tempe."


http://www.francaislibres.net


GB 24/12/2010 14:10


Merci Mon Frère, en cette période il est intéressant de constater que m^me http://fm.alsace.tradition.over-blog.com/ propose une trêve, cela me semble intéressant non ?

une lumière peut être...


Kazantzakis 27/12/2010 17:43



mouais ces blogs sont gérés par un seul et meme frère, qui se parodie et fait une copie des articles. Honnetement j'ai peur qu'il ne faille radicaliser notre opposition, la révolte par
l'interieur n'a pas apporté ce que la majorité des frères veulent. Toute ressemblance avec un présidnet auto proclamé d'Afrique de l'Ouest serait bien entendue fortuite



jean-Albert 20/12/2010 19:20


Un jet privé pour les trois compères et je suis poli...!


Quel n'a pas été ma surprise de voir dans un jet privé au cours de l'émission France Afrique sur antenne 2 ou l'on peut voir les magouilles des dirigeants du Gabon receleurs des produits du pétrole
de la firme TOTAL. Des tractations politico-financière au détriment bien entendu du peuple Gabonnais. Mais là, à la 78 minutes de l'émission un show à l'américaine trois compères dans un jet privé
se rendaient au Gabon. Certes ils allaient porter la lumière, mais celle la devait être de la lumière d'or. Cette émission a eu au moins le mérite de nous affranchir sur les bonnes intentions de
notre obédience. Je crois que cette installation aura pour mérite de dispenser un savoir, une technique chère à nos affidés, comment légitimer l'esprit maffieux en toute légalité. Je pense que nos
rituels ont certainement dus être repensés pour la circonstance. A la place de respectable grand maître, je pense que ça devait être respectable corléone et vous tous mes frères de la cause à
nostra. Moi grand chibani de France, je viens vous demander un peu d'argent car je suis sur le bord de la faillite. Plus de 10 000 frères sont sur le point de partir, et je ne vais pas pouvoir
honorer mes engagements. Très respectable corléone africain moi qui t'es installé en qualité de grand maître du Gabon afin que tu imposes ta dictature, je te demande d'être généreux.

C'est ainsi que les lumières sont portées à l'extérieure. Mes frères je pense que notre cher G M devrait aller récupérer vos capitations au Gabon, là il pourrait être payé en monnaie de singe. Pour
la petite histoire, la monnaie de singe vient des saltimbanques qui pour traverser les ponts de Paris payant à cette époque, faisait des démonstrations avec leur singe pour pouvoir traverser la
seine.

Ce que j'ai pu voir a confirmé mes impressions sur le devenir de la GLNF, partir ou rester ça sera la même chose, vous avez de véritables escrocs à la tête de l'obédience, cela donne envie de
vomir.

Pour terminer et c'était le thème de l'émission l'argent roi, ne vous gêner pas taper dans la gamelle des frères qui se sont fait leurrer par vos beaux discours ésotériques et maçonniques.

Qui s'abaisse s'élève et vous, vous savez comment faire pour nous élever.

Aux trois compères, je leur fais tous mes compliments pour leur qualité de malhonnêtes hommes, je leur souhaite un bon Noêl et je leur souhaite de déguster une belle buche car derrière il y a la
galette des rois mais je ne suis pas certains qu'ils auront la fève.

Bon Noêl à tous mes frères et je garde en mémoire qu'il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer.

Jean-ALBERT,


Kazantzakis 21/12/2010 18:53







Michel André 19/12/2010 11:35


Après les déclarations des trois Grandes Juridictions RER, RF, REAA mettant en garde la GLNF, la Grande Loge des Maîtres Maçons de Marque de France emboïte le pas et approuve sans réserve les
déclarations solennelles de ces trois juridictions............et un de plus...
Michel André