Votre Loge ... au pied du mur !

Publié le par Sirius Black

Sur le Blog B.B.C., la Lettre qu'un VM de Brie-Champagne a adressé à "ses" troupes avant leur 1ère tenue ... afin que chacun réfléchisse à une problématique cruciale qui va se poser à nombre de Loges en septembre:

 

- Adhérer ou non à l'UNION des LOGES REGULIERES ...

 

Ce véné, après un rappel historique de la crise expose parfaitement les ENJEUX de cette décision ... Lisez-ce texte; malgré sa longueur, vous ne le regretterez pas !

 

Mes Très Chers Frères,


Fondée en 1913 par un groupe de Frères en désaccord avec le Grand Orient de France, la GLNF,  a traversé au cours de son histoire un grand nombre de difficultés.
Pour autant, la crise qu’elle subit depuis bientôt 21 mois est sans précédent, car il ne s’agit pas d’une hypothétique lutte pour le pouvoir, mais d’une crise institutionnelle qui trouve ses racines dans la modification des Statuts de 1997, lorsque l’ensemble des pouvoirs dévolus à la Grande Loge (c'est-à-dire aux Frères par l’intermédiaire de leurs représentants) fut entièrement transféré entre les mains du Grand Maître.
Cette crise s’exprime aujourd’hui notamment par l’entrisme de l’Obédience sur l’Ordre. Structure administrative initialement conçue pour permettre à l’Ordre maçonnique de s’exprimer dans les Loges, l’obédience a progressivement supplanté leur autorité et celle des Vénérables Maîtres, notamment par la mise en place au sein des Provinces d’une structure hiérarchisée où le Vénérable Maître, pourtant reconnu comme seul Chef de l’Ordre, a vu sa Loge reléguée au dernier niveau.


La crise
Son fait générateur a été la réunion du Souverain Grand Comité du 24 décembre 2009, au cours de laquelle plusieurs Officiers Nationaux ont adressé à François Stifani une série de questions qui leur a valu leur suspension, leur radiation ou qui a entraîné leur démission.
Le 25 mars 2010, fait sans précédent dans l’histoire de la GLNF, l’Assemblée Générale a refusé d’approuver les comptes de l’exercice précédent et a refusé de voter le budget et les cotisations 2010-2011. Une longue bataille juridique s’est ouverte qui a conduit à l’annulation de cette AG et à la tenue, le 16 octobre 2010, d’une Assemblée Générale « pluridélocalisée ».
Annulée en première instance par le Tribunal de Grande Instance de Paris, elle a fait l’objet de la part de François Stifani d’un appel dont l’arrêt devrait être rendu dans les prochaines semaines.
Dans le même temps, l’opposition à François Stifani s’est structurée autour du collectif FMR-Myosotis qui a organisé en février 2011 les Assises de la Refondation à Montreuil et publié quelques semaines après « le Livre Blanc de la Refondation de la GLNF », document de réflexion et de propositions sur la nécessaire évolution de l’obédience.
Au préalable, sur la base d’une lecture discutable des Statuts, François Stifani avait démissionné de sa fonction de Président du C A le 21 janvier 2011, tout en prétendant conserver son mandat de Grand Maître.
La carence d’organe de direction à la tête de la GLNF a entraîné la nomination de Maître Legrand, mandataire ad hoc, dont la mission fixée par le TGI consistait à gérer l’association et à organiser une Assemblée Générale en vue de désigner le prochain Grand Maître.
En mai dernier, quinze Grands Maîtres Provinciaux, nommés par François Stifani, relevant la démission de François Stifani de sa fonction de Président du CA, ont publiquement fait le constat, comme les Juridictions du Rite Français, du Rite Ecossais Ancien et Accepté et du Rite Ecossais Rectifié de sa démission concomitante de son mandat de Grand Maître. Ils ont été suspendus par François Stifani, et trois d’entre eux ont depuis été radiés de la GLNF.
Au plan international, de nombreuses Grandes Loges amies se sont émues des difficultés rencontrées par la GLNF et ont, dans un premier temps fait part de leur inquiétude à François Stifani. La situation de notre Obédience, s’étant à leurs yeux dégradée, les Grandes Loges étrangères suivantes ont décidé de suspendre provisoirement leurs relations avec la GLNF :
- Grande Loge Régulière de Belgique
- Grande Loge de Luxembourg
- Grande Loge Suisse Alpina
- Grand Orient d’Italie
- Grande Loge de Turquie
- Grande Loge du Massachussetts
- Grande Loge de Nova Scottia (USA)
- Grande Loge d’Ecosse
- Grande Loge d’Irlande
- Grande Loge Unie d’Angleterre.
En ce qui concerne les trois dernières (et notamment la GLUA, qui dans notre système international de reconnaissance de la Régularité est l’Obédience, qui par son ancienneté fixe le droit maçonnique), elles ont convenu d’une réunion commune le 14 septembre prochain pour envisager de retirer définitivement leur reconnaissance à la GLNF.
Cette décision serait immédiatement appliquée par l’ensemble des Grandes Loges Régulières de par le monde et la France deviendrait alors un pays sans obédience Régulière et Reconnue.
Néanmoins, cette décision quasi-inévitable risque d’être considérée comme un non-évènement, puisque François Stifani avait pris l’initiative de répondre à cette suspension des Loges britanniques annoncée le 21 juillet par la publication d’un courrier du 14 juillet par lequel il suspendait les relations avec la GLUA. Il faut souligner que depuis 1813, une telle mesure à l’encontre de la GLUA n’avait jamais été prise par une obédience régulière.
A ce jour, et dans la mesure où il ne mentionnait ni délai ni condition de retrait de cette mesure, on peut considérer que la GLNF est devenue de fait une obédience non reconnue.
Au-delà de sa portée symbolique, ce retrait ne peut que toucher fortement tous ceux qui ont fait le choix de travailler au sein de la GLNF, parce qu’elle était l’expression de la Régularité maçonnique.
Cette perte de la Reconnaissance emporte des conséquences pratiques, comme l’impossibilité d’être reçu dans une Grande Loge Régulière étrangère et la difficulté que pourront rencontrer à moyen terme les Frères membres de Juridictions comme le Suprême Conseil du REAA ou la Grande Loge des Maîtres Maçons de Marque, pour lesquels l’appartenance à une obédience régulière est un pré-requis incontournable.


Quelle est aujourd’hui la situation de la GLNF ?
Si, au plan maçonnique, la GLNF est totalement isolée, elle est au plan civil gérée par un mandataire ad hoc. Sa mission (éventuellement renouvelable) a été prorogée jusqu’au 31 octobre 2011, date à laquelle elle devrait avoir organisé une Assemblée Générale.
Au plan financier, l’obédience se porte très bien, puisqu’elle dispose, selon Thierry BELLOT, commissaire aux comptes désigné par le mandataire, de ressources suffisantes, supérieures à une année pleine de cotisations pour continuer à fonctionner sans difficulté et sans rentrée financière pendant les prochains mois.

Quelles perspectives ?
Le 8 septembre, la Cour d’Appel de Paris procédera à une nouvelle mise en état de l’affaire dont elle est saisie. Elle pourrait rendre son arrêt sous quinzaine. Trois questions lui sont posées : l’Assemblée Générale du 16 octobre est-elle conforme au droit ? la dichotomie des fonctions entre Président de l’Association et le mandat de Grand- Maître est-elle conforme aux Statuts? enfin quel serait le périmètre du collège électoral appelé à voter sur les comptes 2009 et le budget et les cotisations 2010-2011 dans le cas d’une annulation de l’AG ?
Selon toutes probabilités, la Cour devrait annuler l’AG du 16 octobre. Il n’est en revanche pas certain qu’elle se prononce sur les deux autres points.
1- Si la Cour confirme la validité de l’AG : le budget est accepté et les cotisations sont immédiatement exigibles.
2- Si la Cour infirme la validité de l’AG, mais confirme (ou ne se prononce pas) sur la possibilité de séparation des fonctions : François Stifani reste Grand Maître jusqu’en décembre 2012. Une Assemblée Générale maîtrisée par François Stifani est organisée et la crise risque de perdurer.
  Ainsi, à moins d’une réponse favorable aux trois questions posées, François Stifani sortira vainqueur de cette confrontation juridique, et la situation reviendra globalement au statu quo ante.


Une alternative est toutefois en train de se mettre en place. A l’initiative de nombreux Frères de tous horizons et de tous Rites, s’est constituée l’UNION DES LOGES REGULIERES FRANCAISES.
Il s’agit d’une association 1901 ouverte à tous les Membres et à toutes les Loges de la GLNF et dont l’objet est de mettre en oeuvre les conditions de retour à la Régularité. Y adhérer ne remet pas en cause son appartenance à la GLNF, puisque dans le droit Français, auquel sont soumis les Statuts de la GLNF, rien n’interdit d’être simultanément Membre de deux association quelconques, qu’elle soit sportive ou de toute autre nature.
Cette Union s’inscrit dans un processus prioritaire de refondation de la GLNF à partir de l’intérieur, mais s’il apparait que les décisions de justice à venir n’autorisent pas cette option, elle s’inscrira alors dans une démarche de sortie de la GLNF.
Son adhésion suppose l’adoption par chaque Loge d’une déclaration de principe, qui consacre notamment la suspension provisoire des liens maçonniques avec la GLNF. Depuis le 21 juillet, cette rupture s’impose d’autant plus que la politique menée par les dirigeants de l’obédience ont conduit à la perte de notre Reconnaissance internationale. Cette déclaration met en avant le fait que désormais, seules les Loges portent les critères de la Régularité.
Il s’agit également d’adresser un signal fort aux obédiences étrangères, pour que, quelles que soient les décisions de justice à venir, la Reconnaissance puisse être restituée aux structures qui auront ainsi marqué leur attachement à la Régularité maçonnique.
Adhérer à cette déclaration n’implique en rien une démission individuelle ou collective de la GLNF, mais consiste une mesure symbolique de défiance à l’égard d’une direction qui se trouve aujourd’hui largement désavouée.


C’est cette déclaration que je vous proposerai de voter lors de notre prochaine réunion. Pour qu’elle soit valablement enregistrée, elle devra faire l’objet d’un vote favorable, conforme à la Tradition maçonnique des deux tiers des Maîtres de la Loge.
Dans le cas d’un vote favorable, les conditions de travail de notre Loge ne seraient en rien modifiées. Seule la prééminence des structures provinciale et nationale seraient remises en cause, sans pour autant que les informations concernant notre Loge cessent de leur être transmises, en leur seule qualité d’organes d’enregistrement des évènements et de la vie de notre Loge.
Dans les semaines qui viennent, nous saurons s’il est encore possible de ramener la GLNF sur les chemins de la Régularité, dont la Loge sera le coeur. Cette option passe clairement par le départ de François Stifani.


Si en revanche, les conditions lui étaient données de se maintenir en place jusqu’en 2012 voire même jusqu’en 2017, et lui permettre ainsi de faire perdurer un système opaque, privilégiant les SCI et les sociétés satellites, au détriment des Frères et des Loges, chacun pourra ou devra s’interroger sur son appartenance à une organisation dont il me semble à titre personnel que la Maçonnerie n’est pas l’objet, mais l’alibi.
Comme vous le constatez, le choix qui s’imposera à chacun d’entre nous dépasse largement la simple question du paiement des cotisations. Au-delà de la question de la personnalité de son principal dirigeant –largement contesté aujourd’hui par ses plus proches collaborateurs, comme Claude Charbonniaud, Ancien Grand Maître ou Jean-Claude Tardivat, ancien Député Grand Maître-, et au-delà des dérives de tous ordres, connues ou à connaître, la question à laquelle chacun d’entre nous devra répondre en conscience s’inscrit dans un double contexte qui peut rendre pour certains le choix difficile.
L’amalgame qui a été fait ces derniers mois entre l’Ordre et l’obédience a pu induire une grande hésitation chez certains. Il faut ici rappeler que les serments pris par chacun d’entre nous le sont au titre de l’Ordre et ne concernent en aucun cas l’obédience, ni les hommes qui la dirigent. Considérer cela serait faire passer la Maçonnerie du rang de société philosophique à celui de secte.
Je suis conscient de l’importance de la décision qui vous échoit. Décision difficile, car elle est de nature à nous remettre individuellement en cause. Décision majeure, car elle nous engagera collectivement.
Je souhaite pour ma part que la décision qui sera prise soit le reflet de la position du plus grand nombre de Frères. Je ne saurais trop insister sur l’importance de cette décision et sur la nécessité de la présence de chacun d’entre vous, quelle qu’ait pu être ces derniers mois votre assiduité à nos Travaux.
Je souhaite enfin que nous puissions échanger sereinement sur les constats et les options que je viens de vous livrer en m’obligeant à la plus grande objectivité, dans l’intérêt premier de notre Loge.

Signé: Le V.M....

 

Réfléchissez, mes Frères ... cette Rentrée maçonnique est cruciale pour l'avenir de la FM Régulière en France ... et, cet Avenir, c'est VOUS qui allaient en décider !

Sirius Black

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yunus 01/09/2011 10:37


http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/86/07/02/Lettre-a-mes-Freres.pdf

Cette lettre aux frères, en pièce jointe, résume très bien la situation qui a conduit la GLNF à la suspension de sa régularité. C’est tragique, c’est comme si dans une loge, une majorité de ff et
le V.M. en particulier, ne reconnaissaient plus un des frères du fait de ses graves troubles de comportement, et lui interdisaient l’entrée du temple. Je ne pense pas que ces suspensions aient été
prises à la légère par les grandes loges sœurs. Alors maintenant, il ne reste qu’aux dirigeants nationaux et provinciaux auto-promus et illégitimes de faire des réunions d’information « passe-moi
le beurre » aux VV.MM. pris par la tremblante du franc-mouton…Quant à ceux qui résisteront pour le salut de leurs frères, de leur âme et le respect de leurs serments, ils auront droit aux coups de
menton du service d’ordre zélé avant que ne s’abattent sur eux et leur loge les suspensions et autres radiations dont les Francs-Maçons Traditionnels n’ont que faire…Surtout surveillons nos trésors
car ils sont utilisés pour forger les armes qui doivent nous abattre.

Dans la Lettre à mes Frères, il y a quelques propositions pour que nos loges sortent de ce bourbier. Espérons que nos V.V.M.M. élus y trouvent leur inspiration.

Allez courage, la vraie lumière est au bout ! C’est pour bientôt


Stolkim 31/08/2011 23:21


Superbe lettre. Quel lucidité de la part de ce Véné. Dans ma Loge, tout le monde est pour le départ immédiat de Stifani qui deshonore la Maçonnerie mais personne n'ose manifester son opposition
parce que notre Province est légitimiste et que le Grand Maitre Provincial, bien qu'écoeuré par Pisan, continue à appliquer les instructions de Stifani et donc promet des sanctions. Une incohérence
totale et un manque de courage généralisé. On courbe l'échine en espérant qu'il parte. Quelle erreur, on fait son jeu.


Sirius Black 31/08/2011 23:31



Je ne sais pas dans quelle Province tu travailles , mais en Maine Atlantique c'est exactement la situation de la plupart des Loges Nantaises. C'est grave, des Francs Maçons qui ne tirent
pas les conclusions de l'analyse pourtant honnête et lucide qu'ils font de la situation !



kether 31/08/2011 22:02


vu sur le site de Maine Atlantique
Maintenant l'on sait où se situe JMH et ses "boubours"
merci encore pour eux d'être à l'écoute des F de leur province! de leurs préoccupations en ce début d'année maçonnique. Ils se contentent de renvoyer les écrits de Pisan. il est vrai qu'ils ont des
difficultés à émettre des avis personnels.
je ne pourrais pas les excuser ni même leur donner circonstances atténuantes tant leur lâcheté est grande (à l'image inverse de leur petitesse maçonnique (s'ils le sont encore!)


Sirius Black 31/08/2011 22:45



A leur décharge, ils ont accepté un job "pas possible" avec un patron tyrannique, mégalo et parano ... (et j'en passe!)


A leur charge ... personne les a obligés !



din 31/08/2011 21:52


Qu'en penses tu? (site GLNF)Si j'ai bien compris nous ne representons rien (les miasmes). Nous faisons fausse route!
Réunion des Grands Maîtres Provinciaux

Le jeudi 25 août, à Pisan, toutes les Provinces de la GLNF étaient représentées, à la réunion des Grands Maîtres Provinciaux, en présence des membres du Grand Conseil, afin de préparer notre
rentrée maçonnique.

Dans un climat serein, un grand nombre de thèmes ont été abordés par tous les participants, très impliqués dans des échanges fructueux :

- La situation dans les Provinces.


- Les Installations des Vénérables Maîtres et de leurs Collèges d'Officiers.


- Les Capitations.

- Les consignes et les questions diverses.


- Le projet d'évolution de nos Institutions, préparé par plusieurs commissions sous la conduite du Député Grand Maître, et dont vous aurez connaissance très prochainement.

Ce projet d'évolution a suscité un très vif intérêt de la part des Grands Maîtres Provinciaux qui ont apporté de nombreuses contributions, augurant d'étapes d'évolutions constructives.

Le sujet de la déstabilisation de la GLNF par des tentatives sécessionnistes, dirigées par les responsables du Suprême Conseil pour la France du REAA et leurs auxiliaires du Grand Chapitre
Français, a également fait l'objet de discussions. Il a été constaté que ces tentatives ont été mises en échec par la sagesse et le discernement de la grande majorité des Frères de notre Grande
Loge.

Le nombre de Loges ayant prétendument manifesté une volonté de se séparer de la GLNF, serait passé de 600 à 100, dans les propres déclarations des opposants à la Gouvernance de la GLNF. Il est
évident pour tous que ce nombre de 100 est lui-même totalement fallacieux, le nombre réel de Loges ayant été abusées étant de quelques dizaines, sachant qu'il faudrait en fait s'exprimer en nombre
de Frères et non en nombre de Loges ... tout au plus l'équivalent de 20 à 30 Loges. Ce nombre est à mettre en rapport avec les 1650 Loges de notre Obédience. Toutefois, la perte d'un seul Frère est
une peine pour nous et un effort d'explication et un dialogue permanent sont mis en place avec ces quelques Loges. Il a été rappelé que la GLNF est une et indivisible, l'idée de la séparation d'une
Loge de la GLNF n'a aucun sens, ni au plan maçonnique, ni au plan associatif.

Des consignes très précises ont été données pour que les Installations aient lieu, conformément aux règles et usages en vigueur à la GLNF et dans les meilleures conditions.


nikos 31/08/2011 21:55



la pravda encore et toujours. les frères sont écoeurés de ces errements, il n y aura toujours assez de frères pour financer le train de vie délirant du gang de Pisan. C est ainsi qu ils tomberont



Christian Hyerlé 31/08/2011 21:46


Mon T.C.F. et V.M.
Bravo.
Bien frat...
Christian hyerlé Mle 58655


nikos 31/08/2011 21:53