L'HEURE DU CHOIX .... C'EST MAINTENANT !

Publié le par Shonin

MM TT CC FF

 

Sans doute avez-vous déjà pris connaissance de la lettre adressée à tous les FF par Alain JUILLET.

Si tel n'est pas le cas, suivez ce lien : la lettre d'Alain Juillet à tous les Frères de la GLNF:

 

Pour ceux qui souhaitent y adhérer, les inscriptions personnelles à la GLAMF sont en cours, le"ciseau" est entre vos

mains. ( cf. article DECIDEZ)

 

 

 

Publié dans sirius

Commenter cet article

HYERLÉ 03/04/2012 16:55

Mes T.C.F.,
Comme moi vous avez probablement consulté la déclaration de principe de la G.L.-A.M.F.
1 - Qu’ils ne puisse y avoir discussions ou controverses politiques ou religieuses est indispensable à l’harmonie de la loge ; sociétales, non. Ne pourrait-on évoquer la solidarité ? Les Liens
sociaux ? La fraternité universelle ? L’unité de l’humanité ? L’histoire des civilisations ? Les sciences sociales ?
Tout ceci est sociétal, où je deviens idiot.
2 - Vous aurez constaté qu’il n’est pas fait état de la souveraineté des loges sur les plans civil, financier ainsi que d’initiations et installations.
3 - il y est affirmé que les Maçons glorifient le travail sous toutes ses formes (‘’Arbeit macht frei’’) peut-être convient-il d’ajouter : ‘’sous toutes les formes qui élèvent l’homme’’, ou alors
Mr Stifani est un travailleur qu’il faudrait glorifier.
• La G.L. – A.M. F. a entretenu mon espérance, après mon retrait – si douloureux- du système dévoyé glnf, mais je ne signerai pas cette déclaration de principes par ‘’prudence et vigilance’’.
Très frat à tous…
Christian Hyerlé Ex mle 58655
Ps : posté sur ‘’le Ligérien, Dauphiné-Savoie, Rhodanien, Maine-atlantique’’

Bucheron 03/04/2012 12:57

Parole de Bucheron

je ne quitterai pas pour l'heure la GLNF qui m'a vu naître en FM, comme elle avait vu naître mon bien aimé père avant moi.
Ce dernier avait cette formule déconcertante que beaucoup considéraient comme choquante mais réaliste:

"mon fils méfies toi de tes frères!"

Pour autant et en ce qui me concerne je crois en notre fraternité et ceux qui me connaissent personnellement le savent bien. Celui qui était mon père puis mon frère et à qui on a pu reprocher à
tord son pessimisme est décédé brutalement voici deux ans en me laissant cet héritage que je considère comme philosophique. Je le défends, coûte que coûte, et excusez moi de vous présenter de
manière triviale son message - mais ce sont ses mots - et qu'on peut résumer ainsi:

"il y aura toujours 99% de cons partout où tu iras."

Considéré comme plutôt marginal, un "outsider", quelqu'un de "politiquement incorrect", celui qui ne rentre pas dans le jeu, mon père a toujours refusé les honneurs que nous procurent notre
appartenance à un Ordre vénérable et régulier, dont la plupart d'entre nous ignorent malheureusement aujourd'hui les origines, le fondement et la finalité:

"S'améliorer soi-même, avec et pour les autres (même si souvent ils sont ton enfer), dans le cadre d'une institution la plus juste possible, sous le regard de Dieu, Grand Architecte de l'Univers,
avec l'aide de notre intelligence et de notre volonté, fragile mais soutenue par Sa Volonté révélée, quoi que plus simple et quoi de plus difficile", m'avait-il un jour écrit.

Je ne sais à quel point mon père avait raison dans son excès, car les honneurs sont aussi des charges, mais quelle éthique formidable ne m'a t'il pas transmis là ! En effet, si nous sommes tous
imparfaits, pour ne plus dire cons (et il est bien entendu pas question pour moi de m'exonérer d'un tel état de fait, de me prétendre au-dessus de la cohorte des 99%, mais de le savoir) il s'agit
alors de reconnaitre, sans pour autant nous niveler par le bas, que nous sommes tous logés à la même enseigne dans notre pauvreté, humaine et spirituelle. Il ne devrait donc plus exister, selon sa
théorie, ni jalousie, ni ambition démesurée, ni racisme, ni antisémitisme ou xénophobie quelconque, ni encore aucune illusion ou utopisme sur un système qui, restant forcément humain, qu'il soit
social, politique ou spirituel, ne sera jamais parfait. Je rajouterai que cet imparfait, en nous et dans le monde, ne nous appelle pas tant à la perfection mais plutôt à la Sainteté et que le mal
sera toujours là, tout près de nous et en nous.

Bizarrement, dans le même ordre d'idée et présent dans notre culture familiale, le fondateur du scoutisme, Lord Baden-Powell, savait et nous avait appris à son école, version catholique, qu'il
fallait plutôt voir le bien que le mal dans une personne, fut-elle la pire des crapules; celle qu'on pouvait considérer, sans doute à juste titre, comme mauvaise, écrivais BP, a toujours au moins
5% de bon en elle. Ce sont alors ces 5% de bon dans chaque personne ou dans chaque chose qu'il 'agit de découvrir, puis de développer et de faire fructifier. Là encore, appel à la Sainteté, à la
bienveillance et au pardon.

La plupart des choses que j'ai pu lire sur les blogs, les actes de trahison ou de lâcheté dont j'ai été le témoin, les excès de langage que j'ai entendus, les ambitions démesurées et la folie
perverse et narcissique au sommet de la pyramide, ainsi qu'à la base, que j'ai constatées, tout cela me confirme l'existence de cette part maudite, fragile et influençable dans l'être humain. Tout
cela a pourtant aussi permis de faire tomber bien des masques et de découvrir des attitudes nobles et courageuses. Ce dégrisement était pour moi nécessaire. Même s'il ne restait que ces 5% de bon
en nous, c'est sur cet espoir qu'il s'agit désormais de s'appuyer.

Mes frères, je vous aime et je vous exhorte à maintenir vos forces à l'intérieur de notre Obédience pour un combat qui devra laver notre honneur et celui de notre maison. Mais ne nous faisons pas
d'illusions, le résultat ne sera jamais plus blanc que blanc.

Je ferai donc ce constat plutôt alarmant : quel gâchis nous apprêtons-nous à réaliser! Quelle misère et quelle honte, mes frères, si nous entrions dans cette voie de division sans perspective de
retour! Misère spirituelle que quelques uns exploitent à leur profit. Je m'interroge aussi sur ce qui m'apparait de plus en plus comme une manipulation qui vise à nous priver d'une fraternité si
chèrement acquise au fil de notre histoire bientôt centenaire.

Quelles sont ces illusions qui ont capté notre attention, nous ont capturés et nous mènent désormais en bateau, je ne sais où ? Extirpé de force l'Esprit de la matière? Sortir d'Egypte? Retrouver
la pureté rituelle ou la liberté? Non, il s'agit tout simplement d'une guerre des chefs!

je m'interroge aussi comme vous sur les enjeux supérieurs qui font qu'un clan s'accroche au pouvoir avec un tel acharnement et un tel mépris pour la plupart des frères? Quitter la GLNF reviendrait
à leur laisser les mains libres, leur abandonner notre histoire que l'on ne peut laisser sombrer et résumer à ces luttes de pouvoir et d'intérêts occultes, et aussi à leur laisser nos actifs acquis
le plus souvent par le sacrifice de frères désintéressés.

Changeons de regard, par exemple constatons combien cette crise a permis aux Frères de s'approprier enfin leur maison! La vraie liberté n'est-elle pas là plus que dans le jugement à l'emporte pièce
contre un certain décorum, qui fut certes une inflation de vanités, mais qu'on peut ranger dans les coulisses de notre histoire ou remettre à sa juste place.

Nous avions perdu pour la plupart notre bon notre bons sens, habitués que nous étions à nous soumettre ou à nous démettre. Aujourd'hui allons nous de nouveau perdre la main après tous ces sursauts.
Esperance et désespérance se succèdent bon train, ne portons attention qu'à ce qui nous donnent de la dignité.

Dans toutes nos gesticulations je ne nous crois pas capable de nous en sortir sans un retour à un peu plus d'humilité et de raison. Je l'espère mais il est vrai que je ne fais confiance ni à ce
petit groupuscule interne qui s'accroche, qui nous manipule tous (y compris et surtout au sein du SGC) et qui croit encore détenir un pouvoir ordinal, ni à ceux qui veulent nous entrainer dans
l'aventure d'une nouvelle obédience exempte des turpitudes humaines! Je resterai donc à la GLNF et, malgré le qualificatif de cocu que j'ai lu récemment concernant ceux qui sont restés fidèles à
notre maison et à notre idéal d'union, je voterai de nouveau et de nouveau jusqu'à ce que le ménage soit fait dans notre maison. Je ne quitterai pas un navire pris dans une tempête.

"Sur terre et sur mer, au pays comme à l'étranger, marin sois fidèle à tes frères, car tu as promis naguère de servir et de protéger."

Certains croient pourtant avoir enfin retrouvé la voie de la libération, celle qui leur permettra de maçonner en paix et en confiance au sein de leurs Loges avec le sentiment de s'être extirpé d'un
sac de crabes. Entre ceux qui crie à la profanation et ceux qui, dans un optimisme béat, croient pouvoir, en se retirant, faire en si peu de temps, mieux, une fédération de Loges se référant à
l'idée d'une "Alliance fraternelle", mais qui au demeurant ne cessent de dénigrer sans connaitre les réels opposants au pouvoir actuel qui luttent légitimement depuis des décennies, la voie réelle,
sincère et pragmatique est pour moi toute trouvée.

Demandons nous pourquoi cet empressement, hic et nunc, même justifié par les exclusions, radiations, mises en sommeil, qui n'ont aucune valeur dans notre situation et qui seront levées par un le
seul GM capable de nous réunir si nous nous donnons la peine de le soutenir. Pourquoi donc cet empressement, est-ce au nom d'un retour à la régularité et à la reconnaissance internationale alors
que nous savons tous pertinemment que nous retrouverons notre place au sein des Grandes Loges régulières si Jean Murat est notre nouveau Grand Maître. Quand le GO de France retira la Bible de ses
ateliers et de sa constitution la phrase « La Franc-maçonnerie a pour principe l'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme », en 1877, la GLU d'Angleterre donna 30 années à la grande Obédience
française pour rétablir sa régularité. Pour nous trois années de lutte nous semblent bien suffisantes pour nous déterminer. Le temps aurait donc disparu. L'instant seul compterait. Cette inflation
du temps, du tout et tout de suite, ne nous conduira nulle part.

De tous ceux qui ont agis depuis le début de la crise seuls quelques uns on su raison garder, c'est à dire ne pas succomber au chant des sirènes qui nous charment et nous mentent.

Gérard Ramond avait déjà tenté de s'opposer aux dérives mafieuses d'un clan. De nombreuses démissions de TTRRFF auraient déjà du, à l'époque et bien avant, nous alerter, par exemple celles d'
Alexandre de Yougoslavie et de Pierre Marion, pour ne citer qu'eux. Puis ce fut Jean Murat qui prit le risque d'affronter la pieuvre. Sa constance, sa détermination mais aussi sa finesse, grâce à
laquelle il a su éviter les excès susceptibles de le voir supprimer de la course, firent qu'il pu se maintenir et être toujours là aujourd'hui, avec les mêmes objectifs et la même foi. Le soutien
de Ramond à Murat le prouve.

J'attendrai donc notre prochaine Assemblée Générale et les suites qu'il sera possible d'y donner avant de me

Shonin 03/04/2012 17:20



MTCF


Quelles que soient tes motivations, la décision que tu prendras t'appartient complètement et est  respectable. Malgté tout il te faudra bien décider à un moment .... Tu peux
toujours attendre de voir si les vents changent... mais les vents changent constamment !!! BBB